△ Harry Potter and the cursed child △

        captzure

Je suis heureuse de vous retrouver aujourd’hui pour vous parler du tout dernier Harry Potter. Bien entendu, il ne s’agit que de mon avis personnel. J’ai entendu beaucoup de déception à propos de ce livre mais personnellement il fut très agréable à lire. Je l’ai lu en version originale et je ne sais pas si cela a pu jouer un rôle dans mon appréciation de l’ouvrage.

D’ailleurs si vous souhaitez vous expérimenter à la lecture en anglais, ce genre d’ouvrage est parfait. C’est notamment le format en pièce de théâtre qui facilite la lecture dans la langue étrangère.

Le principe du livre est celui de l’effet papillon. C’est-à-dire qu’une action réalisé changeant le passé, même infime, change drastiquement le futur. C’est ce qu’il se passe à plusieurs reprises dans l’ouvrage nous amenant à des réalités alternatives.

Sans spécialement vous spoiliez, vous vous doutez bien que l’une des réalités alternatives résultent de la victoire de celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. C’est une chose que chaque fan de la saga a forcément à un moment ou un autre imaginé, peut-être même à l’occasion de fanfiction.

C’est donc grâce à un retourneur de temps que le passé se voit modifier dans de petit détails. Le livre nous propose deux alternatives à la réalité offerte par les livres originaux et nous avons le plaisir de nous replonger dans le tome 4 de la saga pendant le tournoi des trois sorciers.capture

ATTENTION SPOILER

Si vous ne l’avez pas encore lu et que vous ne souhaitez pas connaître les détails de l’ouvrage, je vous invite à ne pas lire la suite et à fermer cette page.

Une des scènes qui m’a particulièrement touché sont les moments où Severus Rogue n’est pas encore mort. Il se sacrifie à nouveau et cela nous permet aussi de découvrir un peu la sensibilité du personnage qui continuera toujours à se battre même après la défaite d’Harry Potter. Nous aurons également le plaisir de voir une belle relation avec Hermione Granger. J’ai toujours été très fan d’un éventuel couple entre Severus et Hermione, alors autant vous dire que j’étais aux anges.

Si Albus est une vraie tête à claque, Scorpius est d’une grande sensibilité et il nous touche quand il pense à sa mère. Néanmoins, je trouve les caractères beaucoup trop caricaturaux. Albus est trop borné et Scorpius est trop gentil à l’inverse. Je trouve que cela rend les personnages un peu plus fade. Et je ne parle même pas de Ron Weasley qui apparaît véritablement dans le livre comme un idiot avec 3 trains de retard. Si il a toujours été celui qui avait le plus la tête dans la lune, jamais je ne l’ai trouvé aussi à l’ouest et déconnecté que dans ce livre. Je trouve cela sincèrement dommage de lui avoir changé le caractère à ce point.

Bien entendu, la fin du livre se termine bien. Je trouve la communication dans le temps dans le dernier acte réellement ingénieuse. Faire usage de la couverture de naissance d’Harry (qu’il avait offert à son fils) est vraiment très intelligent et a permis une communication discrète à travers le temps. En effet, il ne fallait en aucun cas venir modifier le passé si les héros ne voulaient pas voir le futur être modifié à nouveau.

Une scène de l’ouvrage reste cependant pour moi assez dérangeante bien que finalement s’incorporant bien dans l’histoire. Dans une des scènes, Albus boit du polynectar (qui au passage de nécessite plus 3 mois de réalisation, ce que je trouve étrange) et prend l’apparence de Ron. Il finit par croiser la vraie Hermione et pour la distraire, il l’embrasse. En somme, il embrasse sa tante par alliance mais sa tante tout de même.

Enfin bref, voici donc mon avis sur l’ouvrage. Je l’ai donc trouvé globalement sympathique et agréable à lire. Je vous le conseille donc à 100%.

Publicités