St Petersbourg – Février 2019

Honnêtement, je ne préfère même pas regarder la dernière fois que j’ai posté sur le blog. Ces dernières semaines ont été particulièrement intenses pour moi. Mais si je résume rapidement : petite baisse de moral, voyage, maladie et lancement de nouveau projet, et de philosophie de vie. Je vous rassure, je n’ai pas changé du tout au tout, mais j’ai intégré des nouveaux aspects. J’espère pouvoir vous en parler bientôt d’ailleurs. Quoi qu’il en soit, cela a été un peu la folie. Et même si j’adore cela, je suis heureuse de pouvoir me poser un peu pour vous raconter mon voyage en Russie. Car oui, ne l’oublions pas, c’est le sujet principal de cet article.

fshbty

Ce voyage a été une expérience incroyable. J’ai pu partagé ce moment avec l’une de mes plus proches amies, jamais je n’ai autant marché (environ 19km par jour) et découvrir des paysages et des lieux vraiment beaux.

JOUR UN

Je vous passe le réel premier jour qui était celui de prendre l’avion. Comme d’habitude, j’ai chialé comme pas possible. Autant vous dire que le vol a été une véritable partie de plaisir. Parlons plus intéressant.

Dès le premier jour, avons mon amie, nous avions pris la décision de commencer par la perspective Nevski. Il s’agit de l’équivalent des champs Elysée pour St Petersbourg. Mais douée comme je suis, nous sommes partie à l’opposé total. Heureusement, cela nous mena à Laure Saint Alexandre Nevski qui faisait partie des lieux que nous souhaitions visiter.

Ce lieu est donc le premier que nous avons fait. Recouvert de neige, il s’agit du troisième lieu saint de Russie. Autant vous dire que c’est une chose qui se sent. Personnellement, je n’ai pas apprécié visite la cathédrale en elle-même. Je me suis sentie très mal à l’aise face au comportement d’idolâtrie des russes. Abstraction faite de cela, le reste du monastère est sublime. Très silencieux, les couleurs orangées ressortent magnifiquement bien avec la neige blanche. Cette neige a également le don de rendre le cimetière se situant au centre au milieu d’arbre réellement apaisant et magnifique.

Laissant finalement le monastère derrière nous, nous prenons la direction de la Cathédrale Smolny de la Résurrection.

Célèbre pour sa couleur bleue ciel, autant vous dire qu’elle ressortant comme un diamant dans la neige. Nous l’avions vu de loin et c’était à couper de souffle. Je dois avouer être réellement admirative par cet ensemble de couleur. Cependant, je ne vais pas vous mentir, passer cela, j’ai été quelque peu déçue. Contrairement à la première cathédrale qui était travaille à l’intérieur par des ornements, des peintures, cette cathédrale est composée uniquement de murs blancs et d’idoles placés un peu partout. Donc autant vous dire que cela m’a laissé quelque peu de marbre.

C’est donc en restant sur notre faim que nous avons pris la direction du Jardin de Tauride, lieu traditionnel des promenades du dimanche.

Ce véritable coin de nature en plein dans la ville a été une réelle bouffée d’air frais. Un lac et plusieurs ruisseaux totalement gelées composaient ce parc. Ce qui était amusant, c’était de voir les marques de patins sur le lac gelé. Bien que je me doute que les températures permettent une telle pratique, j’avoue que je m’en sentirais clairement incapable. Je suis réellement curieuse de voir ce que le parc durant l’été aurait pu donner. Les paysages changent tellement entre les saisons, c’est drastique dans ce genre de pays.

Sur le chemin du retour en direction de l’hôtel, Mon amie et moi sommes tombées sur une église. Il s’agit sans nulle doute de mon église favorite. Ravagée par les flammes en 2002, elle est aujourd’hui ouverte au publique en l’état. Des expositions y prennent place et ils essaient de trouver des fonds pour réussir à la rénover. Je dois avouer personnellement, que je l’aime beaucoup en l’état. Par contre impossible de savoir de quelle église il s’agit.

JOUR DEUX

Une nouvelle journée se présente et cette fois-ci l’objectif était cette fois-ci de ne pas se tromper. En effet, il fallait pas déconner. Nous sommes donc bien parti sur la perspective Nevski cette fois-ci. Par courant les rues, nous sommes tombée devant cette magnifique librairie devant la Cathédrale Notre-Dame-De-Kazan

A nouveau, je ne me suis pas sentie bien dans cette cathédrale. Bien que richement décoré et travaillé, je me suis sentie mal à l’aise. Je crois sincèrement être très gênée par le rapport à la religion des russes. Je ne suis pas habituée à l’idolâtrie de la sorte et je vous assure que cela fait sincèrement un drôle d’effet. Cependant, je dois bien l’avouer, cet endroit était majestueux, mais loin de ce que nous avons pu visiter par la suite.

En effet, nous nous sommes par la suite dirigée vers L‘Eglise du sauveur sur le sang versé et je dois bien reconnaître qu’il s’agit d’un véritable bijoux.

 

Elle aussi dévasté par un incendie, elle a été en rénovation pendant plus de 30 ans. Il faut dire qu’elle est entièrement en mosaïque du sole au plafond tout comme l’extérieur. Autant vous dire que cet endroit est une pépite. Bien plus touristique que les autres, il est payant pour y entrée, mais c’est aussi cela qui explique que j’ai pu prendre une ou deux photos de l’intérieur. L’aspect cultuel est mis au second degré dans cet endroit.

Cette journée très chargée se termina par une balade au bord de la Neva alors que la nuit était tombée.

bsh

JOUR TROIS

Pour notre dernier jour réellement en Russie, nous avions décidé de faire le maximum de chose que nous n’avions pas fait. Mais je ne vais pas vous mentir, il a été très difficile de trouver la motivation et nous avons tout de même fini par pas mal traîné. Nous avons commencé par une balade dans les rues de la ville.

 

Nous sommes partie ensuite découvrir la Cathédrale Saint Isaac. Il s’agit de l’une des plus importantes de la ville et tout comme l’Eglise du sauveur sur le sang versé, il s’agit d’un lieu payant et ayant une certaine distance avec l’idolâtrie.  

L’endroit est véritablement magnifique et grandiose. Une sérénité se dégage de ce lieu et je ne me suis pas du tout sentie oppressée. Actuellement, il s’apparente plus à un musée et j’ai particulièrement apprécié de pouvoir découvrir comment cette grosse bâtisse a été créée.

La route reprise, nous nous sommes déplacées vers le palais de l‘Ermitage. Il s’agit d’un musée immense.  D’après le guide de mon amie, il faut 8 ans pour visiter le musée si on ne passe qu’une minute devant chaque oeuvre. autant vous dire que nous avons pris la décision de rester à l’extérieur et de n’admirer que l’architecture de ce lieu.

 

La dernière étape de notre voyage en Russie a été celle de visiter la forteresse Pierre-et-Paul. Il s’agit du coeur de la ville dans le sens où elle fut l’un des premiers édifices construits dans la ville. Cet endroit bien que très beau et avec peu de touriste, il a surtout été synonyme pour moi d’une frayeur en ayant perdu de vu mon amie avec qui j’étais. Mais cela n’enlève rien au charme de cette forteresse composée d’une multitude de petit musée.

C’est sur cet image que mon voyage en Russie se termine. C’est épuisée que nous sommes rentrer à l’hôtel pour partir le lendemain à 6h du matin. Sur le chemin du retour, j’ai eu le plaisir de broyer le poignée de mon amie à mon retour dans l’avion.

Je ne regrette absolument pour mon voyage là-bas notamment pour les bons moments passés mais également pour la découverte des lieux atypiques et d’une façon de vivre très différentes de la notre.

 

Publicités

My little Box : Février 2019

On se retrouve aujourd’hui afin de vous partager mon expérience avec My Litlle Box. J’ai commencé cette aventure à l’occasion de l’été dernier. En effet, j’avais toujours eu envie de tenter une box. Mon choix s’est porté sur my little box pour avoir un mélange entre le maquillage, le soin et décoration. Il vous en coûtera 17 euros 90 par mois pour 5 produits/objets. J’ai fais le choix de prendre un abonnement à l’année, ce qui me permet de recevoir automatiquement la box chaque mois sans même y penser. Cela fait une belle petite surprise en chaque début de mois. Jusqu’à présent, je n’ai été déçu que très peu de fois. Bien entendu, c’est une chose qui arrive, notamment en fonction des thèmes. Mais jusqu’à présent, cela est arrivé que très peu de fois.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour ce mois-ci, le thème est celui de l’astrologie et de l’espace. Je ne suis pas une grande fan de l’espace. Je trouve cela très intéressant mais cela me fait peur, allez savoir pourquoi. Quoi qu’il en soit, je dois bien avouer être amoureuse de l’esthétique de cette boite.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’ouverture de la boite, nous laisse voir un ensemble de stickers. C’est la première fois que je me retrouve avec un tel objet. Je dois malheureusement constater qu’il s’agit d’un des 5 produits de la box pour ce mois-ci. Je vais être honnête, je ne sais absolument pas ce que je vais en faire.

P2090006.JPG

Le second produit me fait retrouver le sourire. Il s’agit d’un masque à base de pierre lunaire. La texture semble être très élastique et je suis réellement impatiente de pouvoir le tester.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le thème de ce mois-ci étant l’astrologie, j’ai le plaisir de recevoir ce magnifique collier représente mon signe astrologique. Particulièrement impatiente de pouvoir le porter, j’ai la malchance de constater qu’il est cassé. je compte sur les super-pouvoirs de mon père pour le réparer. Il serait dommage de ne pas pouvoir le porter.

P2090010.JPG

P2090013.JPG

Comme dans chaque box, j’ai le droit à une pochette. Ce mois-ci, toujours dans l’ambiance de l’espace, on pourrait croire qu’elle sort tout juste d’une combinaison d’astronaute. Une fois ouverte, je retrouve un produit pour les cheveux qui a pour but de les protéger de la marque Redken et un mini mascara de la marque benefit.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En conclusion, c’est une box en demie-teinte. Je dois reconnaître ne pas être totalement satisfaite notamment à cause des autocollants et du collier brisé. Cependant, cela reste une très jolie box. Hâte de découvrir la prochaine.

Aubergines gratinées

Première recette ! Je me sens nerveuse dans l’écriture de cet article. En effet, je ne me considère pas une experte en cuisine. Cependant, depuis l’année dernière, je mets un point d’honneur à essayer de cuisiner plus souvent. Cette année, je compte passer un nouveau cape : le tout fait maison.  Je compte n’utiliser que de la matière première (farine, sucre, beurre, lait, fruits et légumes) et ne plus acheter du tout fait. Dans la mesure du possible, je veux pouvoir faire mes propres biscuits, gâteaux, et plats en tout genre. C’est dans cet optique que je suis en train de développer mon petite livre de recette maison afin de répertorier ce que j’aime. Naturellement, j’ai pris la décision d’en partager certaines d’entres elles. Aujourd’hui, je vous présente donc ma recette d’aubergine gratinée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA J’ai toujours eu beaucoup à manger des légumes. Mais avec le temps et en prenant plaisir à cuisiner, j’ai appris à apprécier ce plat qu’il y a encore deux ans je n’aurais pas manger pour un empire.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

INGRÉDIENTS pour 2 personnes:

+ 1 Aubergine

+ 1/2 Oignon

+ 1 oeuf

+ 1 tomate

+ 1 poignée d’olives dénoyautées

+ 2 cuillères à soupe de chapelure

+ Persil

+ Gruyère

La première étape consiste à couper l’aubergine en deux et la quadriller avec un couteau. Ensuite directement le four à 200°C pendant 20 min.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA P2020168.JPG

Une fois l’aubergine cuite, faites revenir dans une poil l’oignon dans un filet d’huile d’olive. Puis ajouter à la suite, la tomate coupée en morceau, le persil, les olives et poivrer à votre gout.

P2020169.JPG OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Retirer ensuite la chaire des aubergines et couper les en morceaux avant de les ajouter à la poilée. Hors du feu, ajouter l’œuf et la chapelure (l’idiote que je suis à oublier de prendre la photo de cette étape.) Il vous suffit ensuite de placer la poilée dans un plat à gratin puis il suffit de recouvrir de parmesan.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Enfourner pendant 30 min à 200°C puis à vos couverts.

Bullet Journal : Janvier 2019

Vous avez pu le voir, il n’y a pas eu d’article hier. Je réalise que le samedi n’est pas le bon jour pour poster pour moi. J’ai donc décidé de migrer au dimanche. Cela me laisse le temps de pouvoir vous poster des articles tout en ayant le temps de les préparer. Fidèle à ma nouvelle philosophie, plutôt que de continuer dans la frustration de ne pas réussir à poster le samedi à 12h, je transforme cela en positif c’est-à-dire le dimanche. Je me sens bien mieux comme cela.

Je vous retrouve donc cette semaine pour un article que j’aurais dû faire en début de mois mais bon. Il s’agit de Bullet journal. Aujourd’hui, quasiment tout le monde connait le principe de cet agenda personnalisé. Mais je tenais à vous faire part de mon expérience. J’ai toujours aimé avoir un agenda et je suis une grande adepte de To do list. Je ne sais pas vraiment l’expliquer, mais j’ai la sensation de faire quelque chose de ma journée et de maîtriser ma productivité en réalisant des to do list. Cependant, je n’ai jamais été fan de faire des to do list sur des feuilles. Alors quand j’ai découvert le principe du bullet journal, je me suis dit que c’était sans doute faire pour moi. Et c’est par la même occasion un moment pour se poser et laisser exprimer sa créativité.

Ce que j’aime dans le bullet journal s’est sa capacité à être soit très minimaliste soit très démesuré en fonction du caractère de son propriétaire. Il s’agit d’un réel miroir sur notre personnalité. Laissez-moi donc vous présenter mon bullet journal ! Dans cet article, je vous présente les pages que j’ai réalisé pour le mois de janvier. J’ai pris la décision de séparer mes collections de cet article afin que cela soit plus facile à retrouver par la suite.

 qrf

Le mois de janvier est sur le thème de la montagne et de la nature. Étonnamment, j’ai intégré assez peu de couleur contrairement au passé. En effet, jusqu’à présent, j’ai toujours eu l’habitude de mettre beaucoup de couleur et pour 2019, je me suis rendue compte que c’était différent. De la couleur oui, mais avec de la cohérence et seulement par touche!

 

qrf

qrf

Le mois de janvier a été un mois plutôt complété notamment à cause de déplacement professionnel et d’une semaine de maladie. Donc aujourd’hui, mon ours est très grisallieux. J’espère que le mois de février sera d’une autre teneur.

qrfqrfqrf

En février, j’ai la chance de pouvoir partir en voyage. Enfin, si j’arrive à avoir le visa tout comme mon ami. J’ai hâte de pouvoir vous en parler. J’ai donc naturellement pris la décision de créer une double page pour ne rien oublier et bien étudier mon voyage !

qrf

Enfin, je termine par le petit fonctionnement de la to do list. Je dois bien avouer que c’est encore la partie la plus problématique dans mon bullet journal. Je n’arrive tout simplement pas à être satisfaite d’aucun fonctionnement actuellement alors je continue à me chercher.

qrf

Les Liptsicks de Martine Cosmetics : Mon avis

Deux semaines sans écrire d’article. Voilà de quoi me rendre heureuse de tenir mon planning. Mais pour l’occasion, j’avais une bonne raison. Je crois avoir passé facilement 10 jours dans mon lit. Autant dire, que je n’en pouvais plus. Je vais éviter de vous donner des détails, mais voilà le pourquoi de mon inactivité de ces derniers temps. Bien que je ne sois pas encore totalement rétablie, je le suis suffisamment pour pouvoir reprendre la rédaction des articles sur mon blog.

mde

Et en ce samedi, nous nous retrouvons pour discuter de make-up. Et pas de n’importe quel make-up : Martine Cosmetics. Il s’agit d’une marque créé courant de l’année dernière par la youtubeuse (mais pas que) Gaëlle Garcia Diaz. Bien que j’ai parfois du mal avec le personnage qu’elle a créé sur la plateforme au bouton rouge, je dois bien reconnaître que j’aime la sincérité de son travail. Naturellement, en abonnée, je me suis intéressée à son travail de créatrice et notamment sa marque de maquillage. Après tout, je reste une make-up addict.

Mon budget n’étant malheureusement pas extensible, j’ai dû faire un choix dans ce que je souhaitais tester. Sans une grande réflexion, je me suis tournée vers les lipsticks proposée. Et j’ai craqué sur trois teintes. Encore une fois, mon budget a eu raison de l’impossibilité d’acheter les gammes complètes. Au total, il y a en effet 5 lipsticks différents : Berthe, Ginette, Simone, Josephine et Yvette.

J’ai eu le plaisir de recevoir avec du retard 3 lipsticks. Pour la défense de la marque, ma commande a eu lieu pendant les blocages des postes courant novembre. Au prix de 14,95 euros, je peux déjà vous dire que le rapport qualité/prix est vraiment excellent. Je compte à présent dans ma collection : Ginette, Berthe et Simone. Et je dois avouer lutter pour ne pas acheter les deux dernières teintes. Bon, plus précisément, laissez-moi vous donner mon avis.

mde

Les couleurs sont très intenses et très fidèles à la couleur du tube. Simone est un rouge profond légèrement plus claire que le tube qui donne un côté femme fatal vraiment intéressant. Ginette est pour moi un nude parfait. Il est donc assez facile d’en faire usage chaque jour si l’envie m’en prend (chose que je ne fais pas. Ma collection de rouge à lèvres est si importante que je veux pouvoir alterner en permanence). Le lipsticks m’ayant le plus déstabilisé est sans nul doute Berthe. Lorsque je l’ai acheté, je ne le voyais pas si sombre et il m’a fallu un petit moment pour accepter de le porter en finalité. Berthe me fait réellement sortir de ma zone de confort.

On peut donc donner la note de 4/5 pour l’intensité des couleurs.

Si on parle ici de couleur, dont le choix peut varier en fonction des goûts, on peut parler de la tenue, et du confort des lipsticks. Je crois bien que pour la tenue, je ne connais aucun autre produit avec une tenue aussi exceptionnelle. Aucune retouche n’est nécessaire, pas même après le repas. Bien entendu, il s’agit d’une texture matte, donc vos lèvres seront quelque peu asséchées mais étonnement, rien avoir avec certaines marques. Les Martine cosmetics ne vont pas vous détruire les lèvres après une journée portée. Un simple passage de baume après votre démaquillage est suffisant.

C’est pourquoi, j’attribue la note de 5/5 pour ce qui est de la tenue et du confort.

mdemde

Il n’y a donc rien à dire sur la tenue qui est exceptionnelle. Parlons maintenant du pinceau applicateur. Ce dernier est très agréable de par sa forme. C’est notamment cette forme qui permet une application assez facile et rapide. Le pinceau permet réellement de pouvoir coller à la forme de vos lèvres. Et donc moins de stress sur le risque de déborder. Cependant attention, de par la texture du lipstick, si jamais vous débordez, il faut très rapidement corriger si vous ne voulez pas galérer par la suite.

Cela lui permet d’obtenir un 4/5 pour ce qui est de l’application.

Cela me permet d’aborder un dernier sujet : le retrait du liptsick. Et bien autant vous dire que c’est loin d’être facile. Forcément, avec une tenue aussi exceptionnelle, le retrait est forcément assez compliqué. Il n’y a que l’huile pour venir à bout d’un tel maquillage. Et cela devient problématique suivant votre type de peau. Il arrive en effet assez souvent que le démaquillage par lui amène des imperfections en raison du caractère trop riche de l’huile.

Cette problématique lui donne un 3/5 pour ce qui est du démaquillage.

Au total, les liptsicks de Martine Cosmetics obtiennent la belle note de 16/20.

En conclusion, il ne me reste qu’à dire que je suis conquise mais je pense que vous l’aviez déjà compris.

Intégrer le changement dans sa vie

Et si je vous disais que j’ai réellement envisagé de faire deux articles par semaine ? Je ne sais pas comment j’aurais fait. Un seul par semaine est déjà suffisant. Jusqu’à présent, je n’aurais pas cru qu’il aurait été si difficile de se poser un peu pour écrire. Bien entendu, je suis en vacance donc cela doit jouer pas mal. Je profite de la moindre occasion pour sortir. S’ajoute à cela, la période des fêtes qui n’a pas tendance à aider non plus. Cependant, malgré cela, je n’ai pas réussi à faire la moitié des choses dont j’avais envie. Et je dois bien reconnaître que cela est à la fois plaisant et frustrant. Plaisant dans le sens où je ne vois pas les journées passer, mais frustrant dans le sens où j’aimerais pouvoir faire tellement plus. Autant il est particulièrement agréable de ne pas voir la journée passer, autant je veux bien me passer du négatif. La frustration non non non !

Il y a encore quelques mois, j’aurais baissé les bras à une vitesse. Je n’y arrive pas, je laisse tomber. Je n’ai pas pu tenir mon planning (c’est-à-dire m’avancer sur plusieurs articles), je n’ai donc pas le temps de tenir ce projet. Voilà une logique particulièrement idiote. Pourquoi devrais-je baisser les bras aussi facilement, simplement parce que j’ai choisi à un moment T d’aller faire les boutiques ou me promener avec une amie ? Au contraire, cela ne peut être qu’un stimulant pour la suite. Après tout, les délais ne sont que pour moi et il n’y a aucune raison qu’ils deviennent un frein.

L’année 2018 a été très enrichissante pour moi. J’ai tellement appris et grandis que je ne l’en remercierais jamais assez. Doucement mais surement, j’ai intégré plusieurs changements dans ma vie. Et c’est parce que nous sommes au porte de l’année 2019 que je me suis dit qu’il serait judicieux de vous en parler maintenant. Pourquoi ? Et bien en raison des traditionnelles bonnes résolutions. Elles sont fortes ces dernières. Elles possèdent le pouvoir de nous mettre la pression et de nous frustrer. Voilà qui est bien bête, ne trouvez-vous pas ? Fixer des objectifs, c’est bien, vouloir apporter des changements dans sa vie, c’est tout aussi bien. Mais il faut arrêter de croire que c’est une chose qu’on peut faire d’un seul coup. Le changement n’intervient pas en une seule nuit. Ce n’est pas parce qu’on passe du 31 décembre au 1er janvier que changer va être facile, loin de là.

Le changement est un processus laborieux. Il prend du temps et demande de la persévérance. Un ouvrage a changé beaucoup de chose dans ma vision de mon quotidien. Il s’appelle « Ma vie en mieux » de Gretchen Rubin. Il va de soi que je vous le recommande. Ce livre m’a appris que changer d’habitude en se privant n’avait jamais rien de bénéfiques. La vie est faite d’habitude. Supprimer une habitude n’a rien d’appréciable, qu’elle soit bonne ou mauvaise. Au contraire, on a l’impression d’être privé d’une chose dont on a la sensation d’avoir besoin. Il est bien connu, les mauvaises habitudes reviennent toujours au galop et pour cause. En voulant changer drastiquement, on a fini par craquer. Il suffit de prendre l’exemple de la nourriture. On ne peut pas décider de manger sainement du jour au lendemain lorsque ce n’est pas dans nos habitudes. Mais en y allant petit à petit, en décidant de tester de plus en plus de chose, des nouvelles habitudes viennent remplacer les mauvaises.

Pour qu’un changement intègre votre vie, il ne doit pas être à l’origine d’une privation et encore moins provoquer de sentiment négatif si jamais vous craquez. Personne n’est parfait et il arrive à tout le monde de craquer sur son régime. Il ne faut simplement pas prendre cela pour un échec, mais apprendre de lui. Vous avez craqué ? Et bien cela signifie que vous avez simplement besoin de ce petit craquage. A vous de l’apprivoiser pour qu’il s’intègre dans des nouvelles habitudes et dans votre nouvelle éthique de vie sans que cela vienne gâcher ce que vous avez entrepris ou vous fasse culpabiliser. Il n’y aurait rien de plus contre-productif. Et qui sait, le moment arrivera où vous n’aurez même plus besoin de ce petit craquage. Il disparaitra naturellement.

Ce qui importe avant tout est de bien se connaître. Avec Gretchen, j’ai appris que ce qui fonctionne bien chez les autres, sera un échec chez nous. Nous sommes tous différents et encore heureux. Cependant, cela veut bien dire qu’il ne faut pas persévérer sur une habitude qui nous rend malheureux ou nous frustre. Comme je vous disais, le négatif n’a rien de bon lorsque l’on veut changer. Deux solutions se présentent alors : mettre le niveau moins haut (tout en ne percevant pas cela comme un échec mais comme une étape nécessaire pour aller plus loin par la suite) ou reconnaître que cela n’est finalement pas fait pour nous. Il n’y a rien de honteux dans cela. Je suis la première à croire que certaines habitudes peuvent être bonnes pour moi pour réaliser finalement que cela ne me convient pas du tout. Plutôt que de persévérer dans cet échec, je fais aujourd’hui le choix de me tourner vers quelques choses qui me convient réellement.

Alors, apprenez à vous connaître avant de vouloir changer, posez-vous les bonnes questions sur vous-même, pour chercher ce qui sera fait pour vous. Une bonne habitude ne doit pas vous apporter de négatif, au contraire. Elle doit vous stimuler, vous encourager. Et nous savons tous que pour qu’une habitude s’installe, elle doit rester dans la durée. N’hésitez pas à tester, et ne culpabilisez plus !

Mon retour dans la sphère du bloging

Il y a encore même pas un mois, jamais je n’aurais envisagé reprendre mon blog. Cette lubie m’a prise lorsque j’ai ressenti le besoin de faire des nouveaux projets dans ma vie. Sans que cela soit une surprise, la période de fin d’année et de nouvelle année sont toujours l’occasion de se poser des questions sur nos envies.

L’envie de reprendre le blog s’est présenté naturellement à moi dans ma liste des projets. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que j’avais adoré cette expérience lorsque j’avais débuté mon blog. Cependant, à l’époque, je n’étais pas prête pour une telle expérience. Mon plus gros défaut a toujours été de vouloir réussir du premier coup. Cependant, au cours de l’année 2018, j’ai beaucoup appris. Je me suis remise en question sur pas mal de point et je me suis forcée à accepter qu’on ne pouvait pas tout réussir du premier coup. Il faut être patient.

Après tout, la perfection est difficilement atteignable. La perfection existe t’elle seulement ? Je n’en suis pas certaine. Alors mon objectif en reprenant ce blog, c’est d’être simplement moi-même. Je n’ai pas envie d’essayer d’être quelqu’un que je ne suis pas. J’ai des défauts, j’ai des qualités et c’est cet ensemble qui fait que je suis unique.

Je crois bien que cette année 2018 a été particulièrement enrichissante pour moi. J’ai appris le lâché prise, j’ai appris à être moins râleuse, à ne pas avoir peur de tomber pour me relever et plus que cela, j’ai appris à être persévérante. Par le passé, j’avais toujours eu tendance à me braquer au moindre échec, à baisser les bras dès que je n’arrivais pas à la perfection de mes modèles. Voilà qui était bien bête. Personne ne peut réussir du premier coup. Personnellement, moi je n’en connais pas. Bien souvent, ce sont plusieurs années de travail difficile. Et c’est une chose que j’ai enfin  comprise. Il était temps à 26 ans.

A très vite. xoxo